• Karine GAUTHIER

Sortir de la culpabilité

Il existe deux sortes de culpabilités :

La culpabilité saine qui est un garde fou dans la société, sans laquelle on ne pourrait vivre ensemble. Par exemple, il est normal de se sentir coupable si on a blessé physiquement quelqu'un sur un coup de colère.


La culpabilité malsaine est un cancer de l'esprit, lorsque nous nous sentons coupable de quelque chose dont nous ne sommes pas responsables ou pour une faute que nous n'avons pas commise.

Par exemple, nous sommes coupables d'exister, coupable de prendre du plaisir alors que d'autres souffrent, coupable de faire garder son enfant. Les raisons de se sentir coupable sont nombreuses et nous sommes naturellement enclin à nous sentir coupable. En effet, notre éducation judéo-chrétienne ainsi que des siècles et des siècles où on nous a fait culpabiliser, que ce soit l'église ou nos dirigeants. La culpabilité est un outil de manipulation parmi d'autres.


j'accuse l'autre et réciproquement


Victime et responsable


Nous sommes à la fois victime et acteur de notre culpabilité. Victime car la culpabilité est un terrible poison pour l'âme et elle est très destructrice. Responsable car nous sommes toujours à l'origine de notre culpabilité. Même quand elle est induite par une autre personne, nous acceptons (souvent inconsciemment) de nous sentir coupable. Ex : "si je ne te regarde plus, c'est parce que tu t'habilles comme un sac" martèle sans cesse un mari. La femme culpabilise alors qu'en réalité, les moments où elle s'habille de façon décontractée sont plutôt rares. Elle finit par penser qu'elle ne sait pas s'habiller puisqu'elle ne plaît pas à son mari et s'enfonce dans la culpabilité.


La culpabilité est une façon de "prendre le pouvoir sur l'autre". Vous rentrez tard à la maison car votre patron vous a gardé pour une réunion de dernière minute. Votre conjoint(e) est en colère et vous vous sentez coupable d'avoir provoqué sa colère. Or votre conjoint(e) aurait pu réagir différemment, il aurait pu organiser sa soirée seul(e), vous préparer un repas pour votre retour, en profiter pour aller boire un verre avec des ami(e)s. La réaction des autres leur appartient car nous sommes responsables de 100% de ce que nous pensons, disons, faisons. Par contre les autres sont responsables à 100% de ce qu'il font, pensent ou disent.


la culpabilité peut être un poison


Il est important d'avoir toujours ça en tête. Celui qui se culpabilise, va prendre sur ses épaules les réactions des autres. Il peut être agréable de penser qu'on peut être responsable des réactions des autres surtout quand elles sont positives. ça nous donne un certain pouvoir. Quand ces réactions sont négatives, la culpabilité arrive et elle nous mine. Il n'y a rien de plus faux que ça. Nous ne sommes responsables ni du bonheur, ni du sentiment de tristesse des autres. Nous sommes responsables à 100% de nos émotions. Les autres sont responsables à 100% de leurs émotions.


Un autre exemple : vous avez laissé votre enfant à une baby-sitter pour pouvoir sortir un peu. pendant votre absence votre enfant se blesse. Naturellement, vous vous sentez coupable, vous vous fustigez, plus la blessure de l'enfant sera importante, plus vous culpabiliserez. Objectivement, êtes vous coupable? Posez-vous la question quand vous ressentez de la culpabilité. Dans cet exemple la personne a fait le choix de laisser son enfant à la baby-sitter. Elle est responsable de son choix, pourtant elle n'est pas responsable de la blessure de son enfant. D'ailleurs l'enfant aurait pu se blesser en sa présence de la même façon.

Il est fréquent quand une personne se suicide que ses proches culpabilisent de ne pas avoir vu son désarroi, de ne pas avoir su comment l'aider. Certaines personnes portent de la culpabilité toute leur vie et cette culpabilité les détruit, les ronge. cela peut aller jusqu'au déclenchement d'une maladie grave. En culpabilisant, nous nous détruisons, nous nous punissons bien plus fortement que si d'autres personnes nous avaient puni. Il est important de prendre conscience que ce processus est destructeur pour nous.


Les enfants et la culpabilité


La culpabilité s'invite très jeune chez l'enfant. Un enfant dont les parents divorcent par exemple, se sent bien souvent coupable du divorce de ses parents. "Si j'avais mieux travaillé à l'école". "Si j'avais été plus obéissant".... L'enfant peut se rendre malade à cause de sa culpabilité sans jamais pouvoir l'exprimer.

Les parents et les personnes qui entourent les enfants sont aussi bien souvent responsables de cette culpabilité souvent inconsciente. Quel parent n'a jamais dit cette phrase à son enfant "tu m'énerves!" Or rappelez vous que vous êtes à 100% responsable de ce que vous dites, pensez ou faites. Votre enfant n'est pas responsable de vos émotions. Il est important d'être attentif à ne pas culpabiliser son enfant.


l'enfant culpabilise facilement

Pire, il existe des culpabilités plus larvées, plus inconscientes. Imaginez une femme qui a eu un enfant. Pour élever cet enfant , elle a dû renoncer à sa carrière de danseuse. Même si elle ne l'a jamais exprimé, elle en veut à son enfant d'avoir mis fin à sa carrière car elle a dû s'en occuper. Elle n'en a peut être elle même, pas vraiment conscience, ne s'autorisant pas à avoir une telle pensée. Pourtant, son enfant va se sentir coupable d'exister, d'être né. Cette culpabilité inconsciente a des répercussions sur toute notre vie jusqu'à qu'on la mette à jour.


Comment sortir de sa culpabilité?


Nous sommes responsables de 100% de ce que nous pensons, disons, faisons. Par contre les autres sont responsables à 100% de ce qu'il font, pensent ou disent.

  • La première chose à faire est de garder cette phrase à l'esprit afin de cesser de se croire responsable des émotions et actions des autres.

  • La deuxième chose est de prendre ses propres responsabilités. ça n'est pas toujours facile et cela demande un certain courage. Au lieu de dire à l'autre "tu m'énerves", dire "je me sens énervé(e)".

  • Puis prendre du recul sur la situation, "qu'est ce qui dans le comportement de l'autre ou dans ses paroles a provoqué une telle réaction en moi? Quelle blessure ça a réveillée? Juste constater, sans se juger, sans juger l'autre et apprendre de la situation. Vous êtes humain, il est normal de s'énerver parfois, mais il y a toujours une raison plus profonde derrière.

  • Vous avez le choix de regarder en vous cette raison ou continuez de vous énerver tout le temps. C'est votre choix! C'est en ça que nous sommes responsables.


Sortir de sa culpabilité, demande un entrainement. Il est nécessaire de reconnaître cette culpabilité qui se cache parfois dans notre inconscient. Puis décidez d'arrêter de culpabiliser et vous y tenir. Chaque fois que vous avez une pensée culpabilisante qui vient à vous, l'accueillir et s'en débarrasser fermement. Refaire l'exercice chaque fois qu'une pensée culpabilisante arrive.

Lorsque nous sommes vraiment coupable d'une erreur grave qui a eu des conséquences sur une autre personne, la première chose est de reconnaître la gravité de ce qu'on a fait. Par exemple, il n'est pas rare lors d'un accident de la route que la personne en tord se mette en colère contre celui qui a subit l'accident. Il y a toujours à comprendre de chaque situation aussi difficile soit -elle. Par exemple, vous êtes sur votre smartphone, votre enfant traverse la route et se fait renverser par un vélo. Heureusement votre enfant n'est pas trop gravement blessé. Vous culpabilisez car vous n'avez pas été assez attentif(ve). Vous pouvez mettre en cause votre enfant "tu vois tu ne fais pas attention" ou prendre vos responsabilités. "j'ai été inattentif(ve) car j'étais sur mon smartphone. Je suis responsable de cette inattention." Ainsi vous avez la possibilité de modifier votre comportement inadéquat et de prendre une décision. "Dorénavant, je laisse mon smartphone dans ma poche, quand je suis avec mes enfants, même s'il sonne ou émet un bip".

Lorsqu'on décharge notre responsabilité sur l'autre, nous n'ôtons pas pour autant notre culpabilité, nous l'enfouissons en nous ainsi pour ne plus la voir car elle est trop lourde à porter. Comme les blessures intérieures, elle finira toujours par revenir sous une forme ou une autre jusqu'à ce qu'on puisse la traiter et s'en libérer. Chaque fois notre culpabilité sera plus grande jusqu'à ce qu'on ne puisse plus l'ignorer. Alors soyons responsable, c'est bon pour nous et c'est bon pour les autres.


Retrouvez votre légèreté


Sortir de la culpabilité, c'est prendre ses véritables responsabilités. c'est aussi retrouver de la légèreté, de la joie. C'est encore aller vers, plus d'Amour envers soi même. C'est cesser de se punir de se détruire. Sortir de la culpabilité c'est se respecter et respecter les autres.